Achtung! / Attention!

Diese Webseiten sind technisch und zum Teil auch inhaltlich veraltet; sie werden nicht mehr aktiv gepflegt. Ihr Inhalt wurde weitgehend in das aktuelle Webangebot GenWiki überführt, diese Migration konnte aber noch nicht abgeschlossen werden.

These pages are outdated, they aren't administered any longer. Most content was migrated to GenWiki, but the process isn't finished yet.


Noms de famille Suisses (Index)


Famille Paschoud ou Pachoud

Patronymes homophones de familles romandes qui prennent leurs origines en Lavaux ou en Chablais pour la première, la seconde pouvant être de la Veveyse fribourgeoise ou du Chablais valaisan. La famille Paschoud est mentionnée pour la première fois à Villette en 1426, à Epesses en 1533 et à Lutry en 1567. Elle devient par la suite bourgeoise de Lausanne (1720 et 1768), de Vevey (1732) et de Goumoens-le-Jux (1797).

Jean-François Paschoud, de Lutry, capitaine d’artillerie de l’armée britannique des Indes, acquit en 1760 la seigneurie de Daillens, qui resta dans la famille jusqu’en 1798. Sa veuve, nées Treytorrens, mourut au château de Daillens en 1823. La branche de Daillens s’est éteintre, quant aux mâles légitimes, en 1814.

Il convient en outre de citer François-Jacques Paschoud 1845-1919), directeur général de la Banque d’Alsace-Lorraine; David Paschoud (1845-1924), syndic de Lutry député au Grand Conseil, conseiller d'Etat, directeur de la Caisse hypothécaire, devenue Crédit foncier vaudois; Henri Paschoud (1847-1901), frère du précédent, Pasteur à Cuarnens et à Prilly, professeur à l’Académie et à l’Université de Lausanne; Louis Paschoud (1849-1893), frère des deux précédents, avocat à Lausanne, député au Grand Conseil, conseiller national; Maurice Paschoud (1882-1963), fils de David, ingénieur, Dr en Sorbonne, professeur de mathématiques puis recteur de l’Université de Lausanne.

Etymologie du patronyme:
Paschoud et Pachoud sont issus du latin pactum, patois romand patse, Marché, convention, accord, pacte.

Armoiries:
Lavaux, Vevey, Goumoens-le-Jux:
D’or au chevron d’azur accompagné de trois étoiles du même (XVIIe ; variante : chevron d’or et étoiles d’argent).

Variante:
D’or à la barre d’azur chargée de trois molettes d’argent, accom-pagnée en chef d’un château de gueules posé en bande mouvant de la barre, et en pointe d’une tête de maure tortillée d’argent (XIXe s.).

Lavaux, Forel:
D’or à la rose de gueules, chapé-ployé et abaissé d’azur à l’étoile versée d’or.

Daillens:
D’or à la bande ondée de gueules, accompagnée en chef de deux cimeterres passés en sautoir et surmontés d’un croissant, et en pointe d’un éléphant harnaché, le tout de gueules (sceau de la justice de Daillens, vers 1760).

Divers:
Il existe de nombreux homophones, avec ou sans « S », en Haute-Savoie.

Bibliographie et sources:
Répertoire des noms de famille suisses - Schulthess, Zurich 1989
Dictionnaire historique et biographique de la Suisse - Attinger, Neuchâtel 1924
Dict. biographique des Genevois et des Vaudois… - A. de Montet, Barré & Dayez, Paris 1877
Armorial vaudois - D. L. Galbreath, Slatkine, Genève 1977
Heraldica Helvetica - François J. Rappard, Slatkine, Genève 1993
Livre d’Or des familles vaudoises - H. Delédevant et Marc Henrioud, Lausanne 1923
Notum du canton de Vaud - Lausanne 1980
LE MATIN du dimanche : Gens d’ici et d’ailleurs - Charles Montandon, Lausanne 1997.
Internet et Archives BRG


Copyright © - RSR et Eric Nusslé - 1999/2000

du lundi au vendredi de 13h00 à 14h00
Avec Frank Musy, Jean-Marc Richard
et l'aimable collaboration d'
Eric Nusslé, généalogiste et héraldiste