Achtung! / Attention!

Diese Webseiten sind technisch und zum Teil auch inhaltlich veraltet; sie werden nicht mehr aktiv gepflegt. Ihr Inhalt wurde weitgehend in das aktuelle Webangebot GenWiki überführt, diese Migration konnte aber noch nicht abgeschlossen werden.

These pages are outdated, they aren't administered any longer. Most content was migrated to GenWiki, but the process isn't finished yet.


Noms de famille Suisses (Index)


Famille Brahier

Le fondateur de cette famille est Jean dit Braihier, demeurant aux Enfers, cité de 1444 à 1463, frère de Jean-Perrin Maixe dit le Rossel. Tous deux sont les fils légitimes de Jehannenat Semonin ou Simonin, bourgeois de Montfaucon, en Prévôté de Saint-Ursanne. Le 20 janvier 1444, Estevenin dit Jacob, de Saignelégier, lieutenant de Ferry de Roucourt, châtelain, maire de Saint-Ursanne et de la Franche-Montagne de Muriaux, assisté des juges Henri dit Varnoy, châtelain de Roche d’Or, Jean-Perrin de Maiche, Jean dit Braihier, demeurant aux Enfers, et Huguenin, le fils Perrin Morel demeurant aux Pommerats, accordent deux parties : la communauté des Breuleux d’une part et Humbert dit Guery, d’autre.

La graphie du patronyme, telle que transcrite dans les différents registres par les curés et les notaires, a sensiblement varié au cours des siècles : Braihier, Brahier, Brayer, Brahie, Braier, de 1444 à 1500 ; Brayer, Braye, Brahier, Braihier, Broyer, Brayhier, Broihier, Brohier, de 1501 à 1700.

Parmi les descendants de cette famille, il convient de citer Guenyat ou Goniat (apharèse de Hugueniat ou Hugogniat) Brahier, maître-bourgeois de la Montagne des Bois en 1493 ; Simonin Braihier, juge en 1527 ; Jean Broyer, juge en 1539 ; Henri Brahier, notaire, poète et chansonnier, de Charmoille, arrêté en 1601 pour avoir chanté devant les moines de Bellelay des chansons sur le prince-évêque ; Paul Brahier, maître-bourgeois en 1610 ; Jeannin Broyhier, maire de Montfaucon en 1614 ; Messire Richard Brahier, troisième curé de la paroisse des Bois en 1645 ; Marie-Marthe Brahier (1672-1759), Ursuline à Porrentruy, où elle utilisa son héritage pour doter l’église Sainte-Ursule d’objets liturgiques de valeur ; Simon Brahier (1885-1950), Dr en droit, avocat et notaire à Moutier, auteur d’un intéressant ouvrage intitulé : « L’Organisation judiciaire et administrative du Jura bernois sous le régime des princes-évêques de Bâle » ; Gaston Brahier, né en 1927, député à la Constituante jurassienne (1976-1978), puis au Parlement (1979-1983), conseiller aux Etats (1983-1986), ministre du gouvernement jurassien (1987-1993) et grand défenseur du patois jurassien.

Etymologie :
Braier, brayer désignait le faiseur de braies, alors que braîyie, en patois jurassien, signifie braire…

Divers :
Il existe de nombreux homonymes en Franche-Comté, en Ile-de-France, en Normandie, en Pays de Loire et en Picardie.

Bibliographie et sources :
Répertoire des noms de famille suisses - Schulthess, Zurich 1989
Dictionnaire historique Suisse - en préparation
Dictionnaire des noms et prénoms de France - A. Dauzat, Larousse, Paris 1951
Quelques noms de famille et noms de lieux jurassiens - P. Henry, L’Hôta (no spécial), 1998
Archives de la Société jurassienne d’émulation - Porrentruy
Internet et Archives BRG


Copyright © - RSR et Eric Nusslé - 1999/2000

du lundi au vendredi de 13h00 à 14h00
Avec Frank Musy, Jean-Marc Richard
et l'aimable collaboration d'
Eric Nusslé, généalogiste et héraldiste